En 2010 et 2011, deux lettres de René Descartes
au Père Marin Mersenne (21 janvier et 27 mai 1641),
ont été remises spontanément à l'Institut de France par leurs propriétaires
lorsqu'ils ont découvert qu'elles avaient été volées au 19e siècle

Histoire des lettres de Descartes à Mersenne

Ces deux lettres appartiennent à un lot de lettres du philosophe René Descartes au Père Marin Mersenne, soustraites au 19e siècle aux collections de l'Institut de France (Archives de l'Académie des Sciences) par le comte toscan Guglielmo Libri Carucci dalla Sommaia (1803-1869).
Les lettres de René Descartes (1596-1650) au Père Marin Mersenne (1588-1648) avaient été léguées à l’Académie des Sciences par Gilles Personne de Roberval (1602-1675) qui les tenait du Père Mersenne dont il avait recueilli les papiers.
De 1837 à 1847 environ, alors que 75 lettres étaient conservées dans les Archives de l’Institut, Libri en vola 72, qu’il vendit en plusieurs fois, notamment lors d'une vente publique en 1843, réalisée malheureusement sans catalogue.
Libri fit le plus souvent effacer ou gratter l'estampille à l'encre rouge de l'Académie des Sciences qui était apposée dans la partie supérieure gauche de la première page des lettres, dans la marge, sur le modèle ci-dessous. Aujourd'hui, il est généralement possible de déceler en transparence les traces de ce cachet sur les lettres volées.
Les anciennes annotations portées en haut à gauche des lettres en vue de leur édition constituent également un élément d'identification.

.

En 1847, Libri vendit 23 lettres de ces lettres au collectionneur britannique Lord Ashburnham, et prit la fuite en Angleterre l'année suivante. En 1850, lors d'un procès tenu à Paris, il fut condamné par contumace à dix ans de prison pour ses divers vols, mais ne revint jamais en France.

De 1840 jusqu’à sa mort en 1867, Victor Cousin racheta 17 lettres de Descartes à Mersenne dont 15 se trouvent presque toutes aujourd'hui dans la Bibliothèque Victor Cousin de la Sorbonne.
En 1888, Léopold Delisle, administrateur de la Bibliothèque Nationale, racheta au fils de Lord Ashburnham un dossier de 17 lettres autographes de Descartes à Mersenne et de 6 copies (= 22 lettres) qui se trouve toujours à la Bibliothèque nationale de France. .
A la Bibliothèque de l’Institut, Ludovic Lalanne, bibliothécaire en chef, reçut de donateurs 13 lettres de Descartes à Mersenne qui s’ajoutèrent aux 3 qui y étaient restées et que le service des Archives de l’Institut avait transmises à la bibliothèque. Ces lettres furent reliées et estampillées à nouveau ; elle portent aujourd'hui la cote : Ms 2001 réserve.

A la fin du 19e siècle, un total de 55 lettres de Descartes à Mersenne avait été retrouvé par les éditeurs de la correspondance de Descartes, Adam et Tannery, soit environ les deux tiers de l’ancienne collection de l’Académie des sciences. Une nouvelle édition est en préparation par les soins du Professeur Theo Verbeek et du Dr Erik-Jan Bos, de l'université d'Utrecht (Pays-Bas).

En savoir plus sur Libri :

  • Acte d’accusation contre Libri-Carucci. Paris, Panckoucke, 1850. Tiré à 200 exemplaires. Déchargeable sur Google Livres.
  • Ludovic LALANNE et Henri BORDIER, Dictionnaire de pièces autographes volées aux bibliothèques publiques de France précédé d’observations sur le commerce des autographes. Paris, Panckoucke, 1851. 316 p.
  • Réponse de M. Libri au rapport de M. Boucly publié dans le Moniteur Universel du  19 mars 1848.
  • Anthony HOBSON, Guglielmo Libri, dans Against the Law. Crime, Sharp Practice and the Control of Print, édité par Robin Myers, Michael Harris et Giles Mandelbrote. New Castle, Del., Oak Knoll Press et London, The British Library, 2004, p. 133-150. Actes de "26th Annual book trade history conference, St Bride printing library and Birkbeck college", 2004.
  • André JAMMES, Libri vaincu : Enquêtes policières et secrets bibliographiques, documents inédits. Paris, Editions des Cendres, 2008.1 vol. (83 p.) ; 28 cm.
  • P. Alessandra MACCIONI RUJU et Marco MOSTERT. The life and times of Guglielmo Libri : 1802-1869 : scientist, patriot, scholar, journalist and thief : a nineteenth-century story. Hilversum (Netherlands), Verloren publ., 1995.1 vol. (448 p) ; 25 cm.
  • Marcel THOMAS, « Le cas Libri. Une passion dévoyée ? », dans Passions et collections. Mois du patrimoine écrit. Colloque Chambéry 21-22 octobre 1998, p. 58-76.

Catalogues des ventes Libri (avec les cotes à la Bibliothèque de l'Institut)  :

  • Catalogue de la bibliothèque de M. L…. Belles-Lettres. Paris, 1847. 8° AA 2159 MM.
  • Catalogue des livres de la bibliothèque de M. Libri dont la vente prescrite par deux ordonnances du tribunal civil de la Seine, aura lieu le 12avril 1855 et jours suivants. 8° AA 2199*.
  • Catalogue d’une collection extraordinaire de livres, principalement sur les sciences mathématiques, la littérature italienne, l’histoire civile, religieuse et littéraire de l’Italie… (ventes de juillet 1857 et octobre 1858), 2 volumes, Paris, 1857-1858. 8° AA 2199****.
  • Catalogue of the choicer portion of the magnificent library formed by M. G. Libri… London, 1859. 4° AA 155.
  • Catalogue of the extraordinary collection of splendid manuscripts chiefly upon vellum in various languages of Europe and the East, formed by M. G. Libri, the eminent collector… 4° AA 145*.
  • « Collection de beaux livres formée par M. G.L », dans Bulletin du bibliophile, Paris, octobre 1859. 8° NS 14 071 (7).
  •  Catalogue of the Mathematical Historical, bibliographical and miscellaneous portion of the celebrated Library of M. G. Libri. Part 1. A.L. London, 1861. 4° AA 155*.

En juin 2010, une lettre inconnue de Descartes à Mersenne (27 mai 1641)
retrouvée aux Etats-Unis, a été restituée à l'Institut de France

par Haverford College

Une lettre inconnue du philosophe français René Descartes (1596–1650) a été retrouvée par un chercheur néerlandais, en janvier 2010, dans la bibliothèque d’une université américaine. Cette lettre manuscrite de quatre pages, datée du 27 mai 1641 et rédigée en français, éclaire l’histoire de la publication des Méditations métaphysiques (1641), œuvre majeure de Descartes. Ayant appris que la lettre avait été soustraite aux archives de l’Institut de France au 19e siècle, l'université d'Haverford College (Etats-Unis, Pennsylvanie), qui l’avait reçue en don en 1902 de l'un de ses anciens élèves collectionneur d'autographes, qui ignorait tout de l'origine du document, a aussitôt proposé de la restituer à l’Institut de France.
Le 8 juin 2010, le président de Haverford College, le Prof. Stephen G. Emerson, a remis la lettre au Chancelier de l'Institut, Gabriel de Broglie, en présence de l'ambassadeur des Etats-Unis en France, et a reçu un prix décerné par l'Institut de France à Haverford College pour sa grande générosité.

DescartesSignature de Descartes au bas de la lettre

Voir la lettre (moitié inférieure du 2e feuillet verso): suivre ce lien

Ecouter la retransmission de la cérémonie de restitution, le 8 juin 2010 : Canal Académie

Voir la video de l'AFP (durée 1 mn 19 sec) : suivre ce lien
Voir la video de France 3 (durée 1 mn 38 sec) : suivre ce lien

En savoir plus :

Dans les médias :

En juin 2011, une lettre de Descartes à Mersenne (21 janvier 1641)
a été remiseà l'Institut de France par Monsieur Jean Bonna,
correspondant de l'Académie des Beaux-Arts

Acquise par Monsieur Jean Bonna lors d’une vente aux enchères à Berlin en juillet 1998, cette lettre de Descartes de trois pages, en latin, adressée au savant anglais Hobbes par l’intermédiaire du Père Mersenne, a récemment été identifiée comme appartenant au lot dérobé à l’Institut de France par Libri, au 19e siècle.
En proposant généreusement de la restituer à l’Institut de France, Monsieur Jean Bonna permet à cette pièce fondamentale, qui inaugure une véritable controverse entre deux philosophes, de retrouver sa place au sein d’un fonds progressivement reconstitué.

 


 

Dans les médias :

La remise officielle de la lettre au Chancelier de l'Institut de France, Monsieur Gabriel de Broglie, a eu lieu le mercredi 15 juin 2011, lors d'une cérémonie dans la Bibliothèque de l'Institut de France :
Voir la video de l'Agence France Presse (AFP), durée 1 mn 05 sec : suivre ce lien.

.

Des allocutions ont été prononcées par :

Monsieur Gabriel de Broglie, chancelier de l'Institut (lire ici des extraits),
Madame Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, président de la Commission des bibliothèques et archives de l'Institut de France (photo ci-contre),
Monsieur Frédéric de Buzon, professeur à l'Université de Strasbourg (lire ici des extraits).
Monsieur Jean Albert Bonna, correspondant de l'Académie des Beaux-Arts (lire ici des extraits).

 

 

 

Bonna_Broglie

Monsieur Jean Albert Bonna, correspondant de l'Académie des Beaux-Arts, donateur,
et Monsieur Gabriel de Broglie, de l'Académie française, chancelier de l'Institut.

 

[Retour]  [Fermer]  [Imprimer]